MA ROQUINERIE

"laissez l'onde aller légère aux sources du souvenir...c'est là que se trouve le meilleur à venir" kb

vendredi, avril 06, 2007

L'éphémère




Solitude - aquarelle de Kurt Rostek


à S.......











Elle disait m’aimer
Son corps en folie
L’étoile en offrande
Caressant mes cris
De ses mots jolis

Elle disait m’aimer
Le souffle embolie
Vive dans la peau
Au parler d’octobre
Murmuré au lit

Elle disait m’aimer
Pour rester polie
Quand je serais seul
Pantin désuet
A en boire la lie

Pourtant

Sur le mur d'en face
j'avais peint la lune de son sourire
quand l'ombre du cerisier
jouait la nuit


kb

9 commentaires:

  • À 3:46 PM , Blogger Mourai Radouane a dit...

    Belle histoire d'amour où le tiraillement est perpétuel entre joie de cœur et déception.

    Sublime.

     
  • À 5:40 PM , Blogger Najlae a dit...

    jouait l'ennui?
    xoxo

     
  • À 1:15 PM , Blogger charif a dit...

    il y'a des gens qui attendent à rass edderb

     
  • À 6:00 PM , Blogger laseine a dit...

    Beau et triste à la fois

     
  • À 1:56 AM , Blogger Imaaane a dit...

    ne jamais se fier
    aux murmures de l'oreiller..:))

     
  • À 5:59 PM , Anonymous Anonyme a dit...

    C'est très joli. Est-ce que tu lui disais que tu l'aimais aussi, ou bien tu te plaisais seulement à l'entendre crier son amour pour toi ... ???

    sophia

     
  • À 12:22 AM , Blogger Doktorix a dit...

    "je l'aimais et parfois elle aussi m'aima"

    Tiens en passant dans ton blog je me suis rappelé qu'un jour ....moi aussi....j'ai aimé!

    Doktorix......anonyme romantik!

     
  • À 2:52 PM , Blogger Loula la nomade a dit...

    KB, tout simplement beau!

     
  • À 4:23 PM , Anonymous Anonyme a dit...

    Rien n'est jamais acquis à l'homme. Ni sa force
    Ni sa faiblesse ni son coeur. Et quand il croit
    Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
    Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
    Sa vie est un étrange et douleureux divorce
    Il n'y a pas d'amour heureux

    Sa vie elle ressemble à ces soldats sans armes
    Qu'on avait habillés pour un autre destin
    A quoi peut leur servir de ce lever matin
    Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
    Dites ces mots ma vie et retenez vos larmes
    Il n'y a pas d'amour heureux

    Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
    Je te porte en moi comme un oiseau blessé
    Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
    Répétant après moi les mots que j'ai tressés
    Et qui pour tes garnds yeux tout aussitôt moururent
    Il n'y a pas d'amour heureux

    Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
    Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
    Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
    Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
    Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
    Il n'y a pas d'amour heureux

    Il n'y a pas d'amour qui ne soit douleur.
    Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri.
    Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri.
    Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
    Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs.
    Il n'y a pas d'amour heureux.
    Mais c'est notre amour à tous les deux.

    Louis Aragon



    sophia

     

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil