MA ROQUINERIE

"laissez l'onde aller légère aux sources du souvenir...c'est là que se trouve le meilleur à venir" kb

mardi, janvier 09, 2007

Sliders



histoire de bien commencer l'année...et c"est la faute à leblase avec ses questions existentialistes !))


« Le temps est leurre » me suis-je dis cette année avec la ferme résolution d’en mesurer l’effet aux gonds du nouvel an...

A poil donc, chrono dans une main, thermomètre numérique planté bien profond dans le derche, sonde encéphalographique couronnant ma tête, miroirs placés latéralement en dessous et au dessus de la zone spatiotemporelle occupée par ma petite personne (enfin pas si petite que ça..), lampe stroboscopique en action, sismographe paré, enregistreur à ultrasons sur « on », le chien à mes pieds la tête dans un billot les paupières agrafées en position ouverte et deux cales dans les naseaux, ventouses de l’électrocardiogramme bien ensuçées sur ma poitrine fraîchement rasée( et tant pis si ça rappelle sa période gouine à ma compagne), le tout relié par un enchevêtrement de câbles à mon PC où un logiciel piraté sur un site de la NASA par un copain de « cover street » (derb ghallef pour les connaisseurs) était prêt à analyser sous toutes les coutures chaque variation spatio-biologico-temporelle aussi infinitésimale fusse-t-elle, j’attendais de pied ferme et la chair de poule, le sacro saint passage du témoin temporel

S’égrènent les minutes...

Le temps fait l’heure que la minute seconde...(je m’épate moi-même parfois...et c’est pas du panzanni)

Un p’tit coup d’œil sur la glace...on aurait dit Shiva avec ses colliers et bracelets. Le chien, malgré son inconfortable position se retenait de pouffer de rire...l’enfoiré de canin...perdait rien pour attendre.

« Gare ta gueule à la prochaine année » fut ma dernière pensée canine de l’année moribonde. Je fermais hermétiquement les volets de ma conscience coupant le jus de mes batteries neuronales alimentant le réseau « intempestif » de ma vieille arrière cervelle qui s’arrêta après un dernier grésillement synaptique. « quel con ! » fut la dernière vacherie qu’elle trouva encore la force de me balancer...

Je n’étais plus qu’oreilles (quel âne...hi hi hi...)

J’appuyai mentalement un peu plus fort sur le bouton « off » de l’alimentation du réseau ruant...

Le temps fait l’heurt…du marteau de la pendule sur la cloche d’airain retentissant au loin du premier coup de minuit.

Silence absolu jusque dans le plus petit recoin de ma conscience parabolique à l’écoute de la plénitude de l’univers, les yeux exorbités fixant l’écran amorphe de mon PC.

Travelling arrière...rapide

Et le temps se suspend...plus rien ne bouge...comme dans matrix...

Une douleur dans l’abdomen...

Le deuxième coup résonna distordu au ralenti

Travelling avant...très rapide...comme dans matrix...le retour…jusqu’au gros plan sur le bout de la sonde se désopilant dans mon rectum.

L’indicateur de température bouge d’un degré

Puis d’un autre...

La douleur se fait lancinante se déplaçant vers le bas-ventre. Coup d’œil rapide sur le miroir. Rien n’a bougé sous l’intermittence stroboscopique.

Un autre coup de gong...merde ! j’avais perdu le compte...la température continue de monter...

May.Day...May.Day...May.Day (je sais on était en décembre mais le jour secours est fixe lui) appelai-je en renfort le réseau intempestif. J’étais toute conscience dehors à sonder l’espace temps. Il me fallait retrouver l’intérieur.

- « voila voila ! » nasilla l’intempestif « tu croyais pouvoir conduire tout seul p’tit con...voila j’ai branché à plein régime la colonne centrale »

Je dévalai à la vitesse lumière la moelle épinière débarquant en fanfare dans le réseau nerveux rectal espérant trouver cette preuve de l’énigmatique basculement du temps...

Horreur !

Seule une grosse bulle de gaz état en train de dévaler les pentes abruptes de mon colon. Je sonnais la retraite au dernier coup de minuit mais trop tard. La secousse tellurique me projeta au dehors en même temps que les coups de klaxon dans la rue et je regagnai lentement mes sens, au rythme de la dissipation du nuage nauséabond, via mes narines. Mon corps resta inerte durant cette brève phase. Une fois calfeutré dans le fauteuil de la salle de commande centrale je consultai l’enregistreur intégré du réseau intempestif qui affichait le premier message de la nouvelle année.

-« p’tit con ! je t’avais dis d’éviter les restes de fayots...va falloir maintenant attendre 365 jours pour renouveler l’expérience !!! »

Je rebranchai le regard : gros plan sur la face du canin aux naseaux dilatés qui avait soufflé ses cales sous l’effet du gondolage qui fendait sa poire...l’enflure glapissait de rire en remuant la queue...

00h 03 indiquait ma montre

Je pris donc ma première résolution de l’année 2007 : je ferai piquer ce maudit clebs...et j’emmerde Bardot...


kb...aux charnières du temps

18 commentaires:

  • À 9:14 AM , Blogger Le Glandeur a dit...

    Génialissime le Kabou !

    Si j’ai bien compris une flatulence impromptue et donc non programmée a fait échouer le projet ! Et puis le Klebs ? T’es sûr qu’il n’est pas vendu à l’ennemi, ce cannis vulgaris ? Son remuage de queue en est la preuve tangible…non ?

    Puis j’ai remarqué que le gland n’était pas connecté au dispositif, ce qui aurait pu jouer le récupérateur de la bulle méthanogène et parer ainsi l’ingestion des fayots et par là l’effet du gondolage sur le con de klebs !

    Le dispositif n’aurait pas pu enregistrer les paramètres de la flatulence, laquelle supposition laisserait croire à la réussite de l’expérience !

    En conclusion, je reste sur des sentiments mêlés du fait de l’étourderie de ne pas incorporer le gland dans la démarche. D’autant plus que le gland dans le dispositif en serait sorti grandi ( cf le données du réseau intempestif) et offert à la Bardot !

    Le Glandologue

     
  • À 9:44 AM , Blogger kb a dit...

    mazette le glandu ! t'es encore plus chtarbé que moi :)))
    c'est vrai que j'ai omis de brancher le gland et c'est ce qui sans doute à fait foirer l'expérience!!
    vivement le 31 décembre 2007...je jeunerai les 3 jours avant afin d'éviter toute flatulence intempestive

     
  • À 10:14 AM , Blogger Le Glandeur a dit...

    Que nenni le Kaborantin!

    Un jeune de trois jours aurait un effet dévastateur lors de la mise en branle du dispositif. Il faudra compenser la production d’haleine fétide et donc parer au risque de déflagration du à l’accumulation d’anhydride de sulfuration lui même effet boomerang de la réduction du cycle de la mono amino oxydase.

    Le branchage du gland et l’éloignement du sac à puces de clebs donne toutes les chances à l’enregistrement du gondolage dans les paramètres du réseau intempestif (cf. sonde nasogastrique check liste).

    Glandu PDR

     
  • À 10:22 AM , Anonymous imane a dit...

    laisse tomber le glandu t'as rien compris, toute cette surinstrumentalisation, et cette suractivité flatulatoire n'a kun seul but, fuire le bisou de la compagne lors des 12 coups de minuit...:))
    ah les mecs ..:))

     
  • À 10:48 AM , Blogger Le Glandeur a dit...

    Ok le Kabou! je range mes glands alors!

    Gland rétracté

     
  • À 10:52 AM , Blogger kb a dit...

    le baiser du serpent?? :))
    faut dire que je m'en suis eunecté durant 364 jours
    je signale à la noble assemblée que je me suis quand même connecté aux mandibules de mon amante religieusement épousée 5 minutes apres m^'être débarassé des connexions câblées et envoyé le canin se geler les chocottes dehors !...non mais !

     
  • À 1:58 PM , Blogger Le Glandeur a dit...

    Ok Imane...tu vois faut pas désespérer, le Kabou a roulé la pelle après le décablage et envoyé le clébard se solidifier les burnes et moi donc!? je reprends mes glandes alors!

    Reglandu

     
  • À 1:58 PM , Anonymous Imane a dit...

    et voila comment le grand Kb a perdu la moitié de ses lectrices assidues ki le croyaient celib..mouhahahhahahahha
    Mes hommages à ta muse..talentueux Kb..khamssa 3lik..:))

     
  • À 2:08 PM , Blogger Amud o'awal a dit...

    Excellent Kb.
    Et ce "temps fait l’heure que la minute seconde" comme l'eau perle..

     
  • À 2:15 PM , Blogger kb a dit...

    laseine!! vous zici !! :)))

    content de te lire vieux

     
  • À 1:18 PM , Anonymous yves a dit...

    Inquiétants les effets secondaires leblasiens :-))) J'ai toujours dit qu'il fallait se méfier.

    Fais un saut chez Ab6. Le contrecoup de la nouvelle année est aussi très inquiétant. Qu'est ce que vous avez tous ?

     
  • À 9:55 AM , Anonymous kb a dit...

    Yves> excellent trip d'abcisse...et si jamais il lui arrivait à elle aussi de se désagréger façon buffalo chui preneur de certaines parties de son intégrité territoriale :))
    et savais tu que Leblase avait un pied à terre dans le jurassique? parait qu'en ce moment même il crèche chez les pierrafeu pas loin d'une fameuse grotte

     
  • À 11:12 AM , Anonymous yves a dit...

    :-)))))))))))))))))))))))))))
    Il triche quand-même un peu : il a un ordinateur avec un pédalier pour le courant et un dérailleur shimano pour les envolées.

     
  • À 5:00 PM , Anonymous ab6 a dit...

    HAAAAAAAAAAAAAAn SURPRIS LES MECS !
    j'allais dire un truc super enlevé sur le genialissime pos , du coup, je sais plus quoi dire.

     
  • À 9:55 PM , Anonymous huguette a dit...

    J'ai l'impression de lire l'érotic fantasy.
    hug !

    ps : pour apprendre à voler, faut rater le sol.

     
  • À 3:43 PM , Anonymous la baronne a dit...

    on s'en branle des pédales courantigeudes à la royale,neanmoins les déraillements en prose de nos synchronicités verbales dans le temps et dans l'espace sont un signe qui ebrenlerait tous les toutous qui reniflent l'aspect trigométrique du temps ...la bardot et son botox sont inflairables !mais ce temps qui s'infiltre souvent hors de certaines penséés pragmatiquement palpable ,est d'une aberrance parfois ,qu'on ne sait comment se situer dans ces comas frequents helitiques ,(j'exagere pour depasser laurent)...bref!kb tu me sidéres,me subjugues!et dans cet enclos de la parole je reste fane ...pas fanéé ,mais je me demande bien qui te faire courir et surfer ainsi sur les mots ?tu me sideres!et qd je te lis j'ai cette nette impression que tu entres dans mes systemes synaptiques...j'adore ce mot!le spatio biologique temporelle c'est fort ça!ça resume tt en fait!

     
  • À 9:16 AM , Blogger kb a dit...

    baronne! vous êtez tout simplement...Baronne quoi ! :))

    et j'aime bien rentrer dans vos synapses...quoique j'aurai préféré des voies plus aériennes...

    bises

    kb...synaptique

     
  • À 10:04 PM , Anonymous crucivore a dit...

    GENIAL Kb
    Du pur "Roquinisme" léger comme l'air qu'il dégage, là tu crêves le mur du "çon", surtout avec un glandouillogue expert en Aérocolophobie qui s'acharne à brancher sa racine, en l'occurence "gland" alors que cette racine a beaucoup mieux à faire.(Se transformer très vite en un chêne).

     

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil