MA ROQUINERIE

"laissez l'onde aller légère aux sources du souvenir...c'est là que se trouve le meilleur à venir" kb

vendredi, juin 08, 2007

Pardon m’sieur z’avez pas vu mon fez ?


Jhonny Clegg- Festival des musiques sacrées de Fes (juin 2007)












« Une sacré musique n’est pas toujours une musique sacrée »
La fourmi à la cigale, été 1654


Sacrée musique me festivalais-je à chanter en dodelinant de la tête…
Moi m’sieur chui zoulou et fier de l’être répondis-je à l’autre copain dans un style passé simple, sans pedigree affiché en diadème sur la tête ni parfum de cocos number five au relent de rolex. Moi m’sieur chui zoulou, ni blanc ni noir juste un peu cassé, au rythme du tempo « 3ala wahda wo noss », je coltine mon noss noss à travers la foule frôlant un mamelon qui se voulait distant sous son phare-ajout sans y parvenir vraiment, une fesse infiniment tendre sous un froufrou de robe à fleurs et d’une peau toute en tâches de rousseurs sentant bon le pêcher … « oh pardon » me fait la dame en prenant le temps d’attendre, tout contre mon épi, que l’épicentre du tremblement agitant dangereusement mon verre revienne au degré sans tâche sur l’échelle de beaufort…et musclé, j’hume son parfum dans l’attente et balance au rythme de ses hanches, une invite à la danse… Le noss noss se calme, je passe mon chemin, contourne sa déception, ma place est trois rangées plus loin. Sur la scène l’Afrique se déhanche sous les notes blanches d’une mélodie noire…
Moi m’sieur chui zoulou, p’tet pas aussi noir que Scipion mais tout autant que Clegg, jusque dans l’âme de la terre, jusqu’au son du tambourin qui ajuste le baobab comme un souffle divin égrenant la pluie dans un vers cristallin. Je dodeline de la tête. Mon verre dodeline son jus jusque sur mes chaussettes…brûlantes. « Pardon » me fait l’homme aux pieds en croco qui regardait ailleurs, trois rangées plus loin, le croupion d’une dame qui dansait l’africain à l’échelle de richter…
Moi m’sieur chui zoulou et au rythme divin d’une musique sacrée je ne cessais de part donner…pardonner sans limites, en refrain…
Et Jhonny Clegg chantait…un truc qui m’colle encore au cœur et au corps….
C’est que moi m’sieur chui zoulou…jusque sous mon fez……


kb...zoulou men 7daya

5 commentaires:

  • À 5:14 PM , Blogger Loula la nomade a dit...

    I am not isiZulu or amaZulu, I do not speak isiZulu, but a bit of Xhosa and a bit of Ndebele but you don't want to utter the words I learned, because...
    I still remember Buthelesi and all his nonsense about tribalism instead of one man one vote and the But, the music ah the music, the voices of Ladysmith Black Mambazo and the rythmics of Clegg.
    Have a nice week end dear Zulu.
    Mwah

     
  • À 5:30 PM , Anonymous ML a dit...

    Ouili-ouili-ouili
    zoulou mantrik hani maji.
    la ! mamajichi. Allez-voir ailleurs si j'y suis.
    ML... fes en l'air et qui fait mu-muse

     
  • À 9:37 PM , Blogger Le Glandeur a dit...

    Je m’esclaffe de tes tribulations où il est toujours question de gland ou de dard quelque part que l’on soit chez les Pygmées ou que l’on soit chez les Zoulou…je m’interdirais cela va sans dire d’évoquer les épisodes où les culs terreux sont les héros !!! et le clebs de ton labo…hahaha j’aurais bien aimé voir sa débine et sa truffe dans ce mic mac festivalier ! Je payerais chère pour savoir ce qui se trame dans son cerveau de canidé !!!!

    Lg de la Mezzanine

     
  • À 3:20 AM , Blogger _BrainDamage_ a dit...

    lol
    J'ai bien rigolé surtout cette phrase: "l’homme aux pieds en croco qui regardait ailleurs, trois rangées plus loin, le croupion d’une dame qui dansait l’africain à l’échelle de richter…" trop cool
    Je découvre. Je repasserais.

    Brain D.

     
  • À 2:19 PM , Anonymous kb a dit...

    désolé les ami(e)s...j'étais out ces derniers temps
    merci pour votre visite

     

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil